Déclaration finale de la réunion transnationale avril 2017

Déclaration finale de la réunion transnationale des travailleurs d’Amazon à Poznań, les 21, 22, 23 avril 2017

Amazon fait tout pour que ses employés dans les entrepôts et les centres de livraison travaillent dans des conditions qui les rendent malades et les usent en quelques années.

En Pologne en 2016, les conditions restrictives du droit du travail ont empêché l’action d‘ une grève au sein d‘ Amazon, alors que plus de 2000 travailleurs avaient voté lors du référendum décidant de celle ci. Désormais, les travailleurs qui se battent se font licencier sous prétexte de faible productivité ou de maladie.

En France, la politique sociale d’Amazon s’efforce de bloquer les salaires.

En Allemagne également, Amazon profite de l’usure physique des travailleurs comme prétexte de licenciement et de non renouvellement des contrats, le management n’hésitant pas à mettre la pression afin que les salariés signent des accords de rupture de leur contrat de travail. Les grèves organisées par le syndicat Ver.di continuent mais n’ont pas été en mesure de gagner la bataille concernant la reconnaissance de la convention collective.

Dans tous les cas, la gestion d’Amazon qui a réalisé des bénéfices records l’année dernière a montré qu’elle considère les travailleurs comme un moyen de maximiser ses profits.

La résistance des militants et la volonté d’organiser des grèves au sein des services d’Amazon restent difficiles car, sans une large résistance internationale, cette compagnie d’exploitation mondiale reste en capacité de transférer le traitement des commandes vers différents sites et pays, limitant ainsi les impacts des grèves.

En conséquent, une lutte efficace contre Amazon doit être combative et coordonnée au niveau transnational tout en tenant compte des différentes expériences des travailleurs.

C’est pourquoi les travailleurs et les membres des groupes de soutien de Pologne, France d’Allemagne et d’Italie se sont rencontrés à Poznań du 21 au 23 avril afin d‘ échanger à propos de leurs expériences.

Comme lors des réunions précédentes en 2015 et 2016, les appartenances syndicales et mandats syndicaux n’ont joué aucun rôle car, pour l’ensemble des participants, c’était une rencontre auto-organisée au-delà de la hiérarchie des structures organisationnelles.

Plus encore qu’au cours des réunions de 2015 et 2016, l’accent a été mis sur les stratégies de lutte. En raison de la variation qui peut être considérable concernant les salaires et des différences juridiques entre les pays, les points de rapprochement les plus évidents ne se situaient pas au niveau des conventions collectives ou des revendications salariales, mais des conditions de travail despotiques ainsi qu’aux problèmes de santé auxquels sont confrontés les travailleurs dans l’ensemble des sites d’Amazon.

Les participants ont décidé d’insérer l’ensemble de ces conditions au centre d’une campagne commune, «Amazon nous rend malades !» afin de faire pression sur Amazon par des journées d’action dans le but d’améliorer les conditions de travail.

Poznań, avril 2017

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s