Lettre ouverte à Jeff Bezos et Stefano Perego

Lutte contre la pandémie au sein d’Amazon

Le 30 avril 2020

A l’attention de Jeff Bezos et Stefano Perego :

Amazon Workers International est une coalition transnationale d’employés des entrepôts d’ Amazon de différentes organisations et pays, dont l’Allemagne, la Pologne, l’Espagne, la France, la Slovaquie et les États-Unis. Nous nous réunissons régulièrement depuis 2015 pour échanger des informations et coordonner des actions comme le « Safe Package », dont vous avez peut-être entendu parler.

pasted image 0

Notre objectif, en écrivant cette lettre, est double. Premièrement, nous présentons un ensemble de revendications communes, qui font également écho à celles récemment formulées par « Amazon Employees for Climate Justice », une organisation qui réunit les salariés de haut niveau de vos sièges sociaux du monde entier. Ces demandes comprennent la pérennisation de certaines mesures dont bénéficient les travailleurs et qui ont été mises en place au sein des entrepôts ces dernières semaines suite à la pression sociale exercée au niveau mondial par les travailleurs de l’entreprise, ainsi que l’amélioration de la transparence de vos procédures, de la pérennisation de l’emploi ainsi que de la concertation avec les organisations syndicales.

Deuxièmement, nous ne nous contentons pas de formuler des demandes pour un avenir après la pandémie. Même si vous vous apprêtez à annuler les acquis temporaires, nous savons sur le terrain que la crise et la contagion sont loin d’avoir été maîtrisées. Nous constatons cette réalité au travers de nos collègues qui continuent de tomber malades. Nous condamnons Amazon pour avoir continué à dissimuler l’ampleur de l’exposition au coronavirus au sein de son réseau logistique, pour avoir continué à mettre des vies en danger tout en se présentant à tort comme une entreprise essentielle, et pour avoir licencié et réduit au silence les travailleurs qui résistent courageusement face à ces agissements. Nous vous demandons de mettre fin à ces pratiques dès maintenant.

Améliorations Sur Le Lieu De Travail

En mars et avril de cette année, les travailleurs des entrepôts de divers pays, dont l’Italie, la France et les États-Unis, ont organisé des débrayages en protestation des conditions de travail dangereuses. Dans d’autres pays, comme l’Allemagne, la Pologne et l’Espagne, les organisations syndicales de base se sont élevées contre le risque élevé d’infection dans les entrepôts. Partout, les travailleurs ont pris des congés parce qu’ils ne se sentaient pas en sécurité sur leur lieu de travail. Ces protestations ont reçu une large couverture médiatique. Sous cette pression de vos travailleurs de niveau 1 et pas avant, vous, la direction de l’entreprise avez commencé à mettre en œuvre des aménagements.

Nous exigeons qu’Amazon :

  • Rende pérennes les augmentations de salaire. Notre travail a permis à Jeff Bezos de gagner 24 milliards de dollars supplémentaires durant cette période. La fortune de l’entreprise s’est accrue au fur et à mesure que nous travaillions, et continuions à travailler, au péril de notre vie, de celle de nos familles, de nos entourages et de la société dans son ensemble. Dans certains pays comme la Pologne et la Slovaquie, les populations ne bénéficient pas du tout de ce travail dangereux, car les marchandises que nous traitons sont expédiées et vendues dans d’autres pays. L’entreprise nous a remerciés dans ses messages affichés aux portes toilettes pour notre grande contribution au bon fonctionnement de la compagnie. C’est grâce à nous que le monde ne s’est pas effondré à cause du coronavirus. En contrepartie de cet effort, nous avons reçu une augmentation de salaire temporaire qui varie entre 0,90 et 2 dollars environ pour chaque heure de travail. Mais aux États-Unis, vous avez déjà annoncé que vous retirez cette augmentation le 16 mai, nous ne savons pas très bien ce que vous comptez faire ailleurs. Nous demandons par conséquent que ces augmentations de salaire soient rendues définitives, en reconnaissance du rôle essentiel que nous avons en tant que travailleurs des entrepôts et en tant que petit bout de la grande richesse que nous avons produite pour l’entreprise.
  • Rende permanentes les cinq minutes de pause supplémentaires. Amazon a ajouté 5 minutes supplémentaires à chacune de nos pauses durant notre journée de travail. La direction a fait valoir que les pauses supplémentaires sont nécessaires afin que nous, les associates puissions prendre soin de notre santé et de notre sécurité de façon appropriée. Nous avons toujours besoin de ce temps supplémentaire pour notre santé et de notre sécurité . Nous reconnaissons que des pauses plus courtes ne laissent pas suffisamment de temps aux travailleurs pour cela. Comme la sécurité est toujours la priorité de l’entreprise et pas seulement en cette période de pandémie, nous exigeons que ces 5 minutes soient ajoutées en permanence à nos temps de pause.
  • Rende permanente la suspension des bilans individuels autour des objectifs de productivité, les « feedbacks ». Constatant qu’un taux de productivité supérieur à 100 % ne va pas de pair avec des conditions de travail sécurisées, Amazon a suspendu son process des entretiens de bilan des objectifs de productivité (voir photo 1). Les organisations de travailleurs pointent cette situation depuis plusieurs années. Le fait de ne plus avoir à faire face aux « feedbacks » nous permet d’être attentifs au maintien de notre santé et de notre sécurité, car nous n’avons plus à nous soucier constamment de notre vitesse d’ exécution des tâches. Cela nous permet de nous laver les mains autant de fois que nécessaire, sans craindre d’être licenciés après avoir reçu des « feedbacks négatifs » par retour de courrier de nos supérieurs. Il est intéressant de noter que même sans ce système qui vise à nous soutirer le plus de travail possible, Amazon a réalisé des tonnes de bénéfices. En mars, l’ensemble du FC de Poznan, POZ1, a réalisé entre 100 et 104,9% de taux de productivité. Le process du « feedback» ne fait qu’entraver notre capacité à nous maintenir en sécurité sur notre lieu de travail et devrait donc être suspendu définitivement.

Transparence Et Concertation

Malgré une pandémie mondiale, des états d’urgence sanitaire dans différents pays où Amazon opère, des millions de cas d’infection et plus de 200 000 décès dans le monde, l’entreprise refuse de communiquer le nombre total d’infections au coronavirus dans ses entrepôts. Si elle y est contrainte par des procédures locales ou des enquêtes médiatiques, la compagnie publie des informations concernant des cas d’infection dans certains entrepôts, mais avec des jours et parfois des semaines de retard. Et à moins d’y être contrainte par les travailleurs, il semble que la politique de l’entreprise soit de ne jamais fermer les entrepôts afin de procéder à une désinfection complète. Amazon ne considère pas les syndicats comme des interlocuteurs dans la prise de décision et, ainsi, nous sommes tenus dans l’ignorance des procédures de crise prises par l’entreprise et des changements apportés à l’organisation du travail dans ces circonstances extraordinaires. Enfin, l’entreprise a purement mal informé le grand public sur les types de produits qui sont traités dans ses entrepôts (voir photo 2-6). À aucun moment au cours des dernières semaines, l’entreprise a réduit ses activités aux commandes des produits essentiels. L’entreprise doit abandonner son attitude cavalière envers les travailleurs et les organisations qui les représentent.

Nous exigeons qu’Amazon :

  • Rende publique la procédure de l’entreprise concernant le suivi et la notification des cas COVID-19 fournissant une liste des cas confirmés et probables d’infection et de décès parmi tous les travailleurs à temps plein, à temps partiel et en sous-trairance, par établissement.
  • Accorde deux semaines d’arrêt maladie rémunérées et étende sa politique de congé sans solde illimité aux États-Unis, dont la nécessité deviendra évidente une fois précisé le niveau de risque d’exposition au virus. Tout au long de ces premiers mois de la pandémie, les travailleurs ont dû choisir entre leur santé et le règlement de leur loyer. Ils devront maintenant choisir entre leur santé et leur travail. Démontrez-nous que vos embauches massives en ces premiers mois de pandémie ne sont pas destinées à remplacer des travailleurs qui tentent de prioriser leur état de santé.
  • Négocie de bonne foi avec les syndicats pour parvenir à un accord sur l’évaluation des risques et l’organisation du travail, en particulier en temps de crise. Amazon a récemment été pénalisée par le tribunal de grande instance de Nanterre et la cour d’appel de Versailles pour ne pas avoir consulté les représentants du personnel concernant la sécurité sur les lieux de travail. Il s’agit d’une pratique courante de l’entreprise dans tous ses entrepôts. Nous exigeons que l’entreprise prenne au sérieux la représentation des travailleurs, en particulier lorsqu’il s’agit de consulter les changements au niveau l’organisation du travail et d’évaluer les risques qui sont intrinsèquement associés à ces modifications. Nous exigeons que les syndicats soient inclus dans les comités de gestion de crise de l’entreprise.
  • Clarifie publiquement les critères de priorité de l’entreprise concernant les commandes essentielles dans l’ensemble de son réseau mondial, et suspende les livraisons des biens non essentiels.

La Sécurité De L’emploi

Amazon peut se permettre d’offrir une sécurité au niveau de l’emploi à l’ensemble de ses travailleurs. En particulier maintenant, alors que le travail dans les entrepôts implique un grand risque d’infection, l’entreprise embauche des milliers de travailleurs qui ne bénéficient d’aucune sécurité d’emploi. Les entrepôts, qui par le passé ne sous-traitaient pas avec des agences d’intérim, le font maintenant avec des contrats de travail de 15 jours. Les travailleurs qui ont des contrats temporaires d’un mois et qui osent prendre un jour de congé parce qu’ils se sentent souffrants subissent des représailles. S’ils sont réembauchés, ils le sont généralement avec un contrat de deux semaines. Les travailleurs ayant un contrat à durée déterminée et qui prennent un congé de maladie risquent également de ne pas voir leur contrat renouvelé. Même vos employés de niveau cadre supérieur sont régis par cette extrême subordination !

Nous exigeons qu’ Amazon :

  • Mette fin à toutes les formes de travail occasionnel et temporaire.

Les représailles d’Amazon contre les travailleurs et sa censure constituent un abus de pouvoir flagrant, et elles sont renforcées précisément par l’absence de sécurité de l’emploi. Amazon doit faire amende honorable envers les travailleurs qui ont été licenciés et apporter des solutions afin de s’assurer que cela ne se reproduise plus. Amazon ne doit pas réduire au silence les travailleurs qui s’expriment sur des questions de vie ou de mort. Les travailleurs indispensables qui gèrent ses infrastructures numériques et physiques méritent le respect, et non la punition, pour s’être exprimés et avoir pris soin des uns des autres.

Nous exigeons d’Amazon :

  • La réintégration immédiate de tout travailleur qui a été licencié sur la base d’une application sélective des politiques et des directives de conduite, et qui souhaite être rétabli à son poste.
  • La Modification des politiques concernant les demandes et revendications ainsi que les communications externes afin de ne pas punir les travailleurs qui s’expriment, en leur nom propre et non au nom de l’entreprise, sur des questions qui ont un impact direct sur la santé et la sécurité des travailleurs et des clients, notamment les conditions de travail en cas de pandémie, la crise climatique et la pollution.
  • L’engagement à appliquer les règles de manière équitable et transparente, notamment en organisant des entretiens avant de prendre des mesures disciplinaires, en fournissant des preuves substantielles concernant les mesures disciplinaires, d’arrêter d’appliquer le règlement de manière sélective et de veiller à ce que les mesures disciplinaires soient proportionnelles à la gravité et aux circonstances des faits.

À une époque où les dirigeants et les employeurs tentent de revenir à un faux sentiment de normalité, Amazon qui a profité de cette période pourrait établir une politique de priorisant la santé de ses travailleurs et de ses clients. Au lieu de cela, vous choisissez de continuer à mener votre course sociale vers le bas. Nous exigeons que vous cessiez de traiter les travailleurs indispensables comme des personnes jetables et que vous commenciez à vous concerter avec ceux qui prônent le contraire. Cessez vos licenciements et commencez à écouter.

Au nom du Comité d’animation d’Amazon Workers International

  • Christian Krähling, Bad Hersfeld, Allemagne
  • Agnieszka Mróz, Poznań, Pologne
  • Jean-François Bérot, Orléans, France
  • Sabrina Flourez, Lille, France
  • Vanessa Carrillo Ruiz, Chicago, USA
  • Maria Malinowska, Poznań, Pologne
  • Marta Rozmysłowicz, Poznań, Pologne
  • Christian Zamarrón, Chicago, USA

AMAZON WORKERS INTERNATIONAL

awi@riseup.net

AWI_Letter260420_FR

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.